Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > L’harmonium d’art, qu’est-ce à dire?

L’harmonium d’art, qu’est-ce à dire?

Plusieurs émissions de STELLA SACRA seront consacrées à un instrument trop oublié: l’HARMONIUM,
en particulier l’HARMONIUM D’ART MUSTEL.
mustel_concertal_salle_musique
Fondée en 1853 par Victor Mustel (1815-1890), la manufacture d’harmoniums d’art Mustel a élevé la construction d’harmonium à son plus haut degré de perfection sonore et technique. Contemporain d’Aristide Cavaillé-Coll, Victor Mustel a débuté en Normandie comme ébéniste et s’est peu à peu tourné vers la facture instrumentale en autodidacte, reproduisant des accordéons tout en améliorant le fonctionnement. Il rentre comme ouvrier chez Alexandre (grande manufacture parisienne) et gravit rapidement les échelons jusqu’à devenir contremaître. Fort d’un métier solide et d’un perfectionnisme presque maladif, il va créer sa propre entreprise en 1853. Sa production est entièrement artisanale et assez confidentielle au début, mais il s’adjoint l’appui de musiciens de renom, comme Clément Loret, puis Nicolas Lemmens, Louis-James-Alfred Lefébure-Wély, César Franck et Alexandre Guilmant. Sa renommée grandit au point de devenir rapidement une référence en France et en Europe.
L’entreprise est reprise par les fils de Victor, Charles (1840-1893) et Auguste (1842-1919) et son petit-fils Alphonse (1873-1936). Chaque génération apporte ses inventions et ses perfectionnements : adaptation de la percussion pour faire attaquer promptement les anches, double-expression, forte expressifs, prolongement, métaphone, célesta, anches doubles, anches euphoniques, nouveaux jeux, etc. Là où les autres facteurs n’ont apporté pour l’essentiel que des ajouts anecdotiques, les Mustel enrichissent l’harmonium d’éléments essentiels. Alphonse Mustel sera à la fois facteur d’instrument, commerçant, promoteur-concertiste de ses instruments et compositeur de musique, alliant ces 4 facultés lors de triomphales tournées en Europe, en Russie et aux États-Unis.
L’instrument Mustel d’Olivier Schmitt porte le numéro de série  3474-1638 a été achevé en mars 1929. Il était à l’origine un Concertal, c’est à dire un harmonium automatiquement joué grâce à un lecteur pneumatique de rouleaux perforés (comme dans les pianos mécaniques et les orgues de barbarie).
Le Concertal a été mis au point et breveté dans les années 1910 par Alphonse Mustel. Basé sur l’harmonium le plus complet de la maison Mustel, le Concertal a été salué par les musiciens les plus éminents de l’époque, comme Camille Saint-Saëns qui a dit qu’il s’agissait d’une « merveille d’industrie et d’art musical ». Mais, d’un coût absolument faramineux (44.500 F en 1927) en raison de sa grande complexité et de la préciosité de sa fabrication entièrement artisanale, très peu ont été vendus, en raison du développement de la TSF, des enregistrements sur disque et de la crise économique mondiale de 1929. Ainsi de nombreux Concertals ont été amputés de leur lecteur automatique et transformés en Mustel-Classique (on trouve ainsi plusieurs exemplaires parés d’un nouveau couvercle).
Le Mustel 3474-1638 a été transformé dans les ateliers Mustel pour devenir un Mustel-Classique. Le couvercle du lecteur de rouleaux perforés a été adapté pour fermer de meuble de façon élégante. Il a été vendu à la basilique Notre-Dame-du-Saint-Cordon de Valencienne, comme instrument de répétition pour la maîtrise, avant d’être racheté par un particulier à Salesches dans les années 1960. Olivier Schmitt l’a racheté à la fille de cette personne en 2010 et l’a restauré.
Paré d’un magnifique meuble art déco en bois précieux en marqueteries (palissandre, érable, ébène), l’harmonium Mustel est un summum d’élégance.
Bild-Victor-Mustel-1 Victor MUSTEL (1815-1890)                      Alphonse_Mustel
———————————————————–
Voici sa disposition sonore :
Clavier de 61 notes (C-c » »), coupé en basses et dessus, 494 anches :
Jeux de basses (29 notes, C-e’)
Pr. Prolongement (sur la première octave grave)
Mét. Métaphone
0 Forte expressif
C Contrebasse 16′ (appel du Bourdon 16′ uniquement sur la première octave grave)
B Basse 8′ (appel du Cor anglais 8′ et Percussion uniquement sur la première octave grave)
5 Harpe éolienne 2′ (deux rangs ondulants)
4 Basson 8′ [appelle automatiquement le 0 Forte expressif]
3 Clairon 4′
2 Bourdon 16′
1 Cor anglais 8′
1P Cor anglais et percussion
Expression (registre)
Double-expression aux genouillères
Talonnière (gauche) d’annulation du Prolongement
Talonnière (centrale) d’appel du Grand-jeu (0, 1P, 2, 3 et 4 en basses et dessus)
Jeux de dessus (32 notes, f’-c » »)
1P Flûte 8 et Percussion
1 Flûte 8′
2 Clarinette 16′
3 Fifre 4′
4 Hautbois 8′ [appelle automatiquement le 0 Forte expressif]
5 Musette 16′
6 Voix céleste 16′ (deux rangs ondulants)
7 Baryton 32′
8 Harpe éolienne 8′ (deux rangs ondulants)
S Salicionale 16′ (rang haut de la 6 Voix céleste 16′)
0 Forte expressif
Mét. Métaphone
———————————————————————-
Vous pourrez entendre durant la saison radiophonique 2015/2016:

————————————————————————
Pour en savoir plus:
Site officiel de l’association l’Harmonium français.

Pas de Commentaires à “L’harmonium d’art, qu’est-ce à dire?”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Olivemusic |
Francky Dakota |
Marysiagondek |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Harmoniehasnon
| Credit
| Michael Parnell's Website