Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Saison 2016-2017, ou le récit des pèlerins du son (06)

Saison 2016-2017, ou le récit des pèlerins du son (06)

Après les saisons radiophoniques 2012-2013 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016, l’émission STELLA SACRA va continuer sa recherche sonore par le biais des ondes…

…Voyager avec vous à la recherche de sons trop souvent méconnus ou oubliés

Nous allons poursuivre notre voyage, pour vous faire découvrir les richesses de la musique sacrée, en commentant les œuvres à travers leur science musicale et leur profondeur spirituelle. Mais aussi continuer cette marche pour vous faire savourer les plus beaux instruments de la Lorraine, et de la Moselle en particulier; grâce aux concours d’organistes locaux et reconnus. « En passant par la Lorraine« , nous proposons comme une sorte de « Marche des orgues à travers les ondes radiophoniques« 

220px-Elisabeth_de_la_Trinité_jouant_du_piano

Pour cette nouvelle année, nous vous proposons « Littérature mystique et musique« ….

…Où lorsque la science musicale pratiquée avec virtuosité conduit au chant intérieur d’un carmel…

Saison 2016-2017, ou le récit des pèlerins du son (06) trans

trans

HORAIRES DE DIFFUSION 

Pour cette saison radiophonique 2016-2017:

L’émission sera toujours diffusée le vendredi de 16H00 à 16H25 soit sur les ondes de RADIO JERICO METZ, soit en direct sur le numérique (radiojerico.fr), soit en podcasts pendant une semaine après la diffusion.

Elle sera rediffusée le samedi de 19H30 à 20H00.

Ainsi que le dimanche de 07h00 à 07H30.

Visage Elisabeth de la Trinité, piano

… »VA ET VIENT »… 

Pour cette saison radiophonique 2016-2017,

STELLA SACRA continuera de faire un « va et vient » entre littérature poétique et mystique, et la musique

Plus particulièrement à partir de la poursuite de la lecture intégrale du Livre des Psaumes entre déclamation et psalmodie.

Le Livre des Psaumes contient parmi les plus belles pages de la littérature poétique de la Bible. Ces poèmes bibliques, écrits pour être déclamés par la voix, accompagnés par l’antique instrument qu’est le « psaltérion« , forment un ensemble cohérent. Même s’ils ont été écrits à différentes périodes, ainsi que par plusieurs auteurs, leur lecture continue, nous propose une histoire cohérente, faite de « cris de douleurs » comme de « cris d’espérance« …. de « chants de désolation » comme de « cantiques d’exaltation« . Cette série d’émissions continuera de proposer l’intégralité du psautier, dans un « va et vient » permanent entre lecture et cantillation.

L’occasion sera de continuer à rendre hommage au compositeur et bibliste Joseph GELINEAU s.j. (1920-2008) qui en 1953, fût l’investigateur du « Psautier de Jérusalem« , première traduction intégrale du Livre des Psaumes en français, avec des formules de cantillation respectant le génie de la prosodie hébraïque. Après des siècles de psalmodie en latin, cet ouvrage fait figure de pionnier en la matière, car il fût à la source d’un renouveau considérable de la prière cantillée des psaumes.

Au cours de ces émissions nous pourrons entendre les enregistrements d’époque (1953-1954) avec les première psalmodies en français dont il coordonna les compositions avec d’autres compositeurs. Parmi eux,  Joseph SAMSON (1888-1957).

Chagall 1956 David

       Mais en musique comme en spiritualité et en théologie, que dire de ce que l’on nomme « LE CHANT INTERIEUR« ?

      Il existe un recueil de Dom Paul BENOIT, moine de l’abbaye saint Maurice de CLERVAUX au Luxembourg, qui se nomme « Le Chant Intérieur ». Ce recueil est assez original dans sa facture comme dans sa construction. Il est composé de miniatures, oscillant entre le style tardif de Louis VIERNE (1870-1937) et le style quasi impressionniste à la manière de Claude DEBUSSY (1862-1918), précédées en outre de citations d’oeuvres spirituelles ou d’écrits poétiques et mystiques.

Coucher de soleil, Venise, Claude MONETCoucher de soleil, Venise, Claude MONET (1840-1926)

      Le CHANT INTERIEUR est en fait une sorte de méditation progressive, un itinéraire pour comprendre ce que la culture chrétienne nomme le CULTE INTERIEUR. Les titres rappellent le sacrement de la confirmation, où selon des anciennes formules liturgiques, l’onction avec le saint Chrême consacre la personne, faisant d’elle le Temple de l’Esprit Saint. Comparant le corps au Temple de l’Esprit Saint, ce dernier est « Dédicacé« , c’est à dire marqué d’onctions. En lui s’élève un encens qui est la prière des saints selon le Psaume 140 (141) et le Livre de l’Apopalypse (Ap 8,4). Cette interprétation biblique liée au sacrement de la confirmation est ce que l’on nomme le « culte intérieur » en lien avec la tradition spirituelle de « L’homme intérieure », ou « la liturgie du coeur » (selon Dom André LOUF ocso).

       La construction de ce cycle est une alternance, un va et vient, entre des pièces à caractère décoratives et évocatrices, avec des pièces où les titres sont des citations d’écrits mystiques et spirituels. Dom Paul BENOIT propose une sélection de citations venant de 3 mystiques féminines: Sainte Angèle DE FOLIGNO, Sainte Gertrude d’HELFA, et Sainte Marguerite-Marie ALACOQUE. Ce va et vient semble construit comme décrivant une rencontre avec le Ressuscité: de la communion à sa présence vers la transformation à son image: Evocation baptismale et pascale du culte intérieur. Ceci n’est pas sans faire penser à l’ouvrage Le Maître Intérieur de saint Augustin. Le cycle se termine par une évocation des Fins Dernières, où l’allusion métaphorique à la Mer parle de l’immensité du mystère de Dieu qui va se révéler lors du retour du Christ. La métaphore su Soleil est l’image du Christ à la fin du Temps.

Elisabeth de la Trinité, jeunne femme

     S’il est une personnalité, à la fois musicienne et en même temps mystique, la figure d’Elisabeth de la Trinité (1880-1906) est un bel exemple pour comprendre ce que peut-être le chant intérieur. D’une pianiste virtuose, elle a préféré le chant intérieur dans le silence d’un carmel. Un cycle de 13 émissions sera consacré à la figure de cette dijonnaise et du répertoire romantique pour piano. Cycle d’émissions associant écrits spirituels et mystiques avec la musique pour piano.

      Avant d’être une carmélite, Elisabeth de la Trinité (1880-1906) née Elisabeth CATEZ, fût en son temps une virtuose précoce du piano. Celle qui à 13 ans obtint son premier prix de piano. Celle qui joua seule devant Gabriel FAURE à l’occasion du 25ème anniversaire du Conservatoire de Dijon où elle reçut sa formation musicale. Celle qui passa son prix d’excellence à 14 ans. Celle qui était reconnue non seulement de ses maîtres, mais du public et de l’unanimité des critiques musicaux de son temps, pour la maturité de son expression et la précision son interprétation des plus grands classiques du répertoire romantique pour piano. Malgré les applaudissements, l’unanimité des critiques musicaux, la notoriété grandissante et la musique, malgré la terrible injustice qu’elle a du subir lors de son prix d’excellence en 1894, son coeur se fixe déjà vers une autre musique… Celle d’un détachement… Celle d’un Chant d’amour envers le Bien-Aimé à qui elle veut consacrer sa vie. Malgré cette carrière musicale qui semblait s’ouvrir, elle était déjà fascinée par l’audition d’une autre musique : celle du chant intérieur d’un carmel, qui comme jadis pour le prophète Elie (1 R 19) se concrétise dans l’audition à peine perceptible du murmure d’une brise légère, celui de la voix du Bien-Aimé qui nous fait entrer dans le mystère de la Trinité. Dans la solitude silencieuse du Carmel de Dijon, elle passera sa courte vie à « écouter » et à se « faire toute enseignable » afin de transformer sa vie en « Louange de gloire ».

Enfin la découverte des orgues nous permettra de faire une ballade sur la Nied. Nous avancerons de villages en villages (Marange-Zondrange, Bionville-sur-Nied, Condé-Northen, Boulay-Moselle) et suivant le lit de cette rivière de la Moselle, nous ferons des étapes pour y entendre les instruments qui s’y cachent. Sans oublier les surprises que nous vous réservons tout au long de l’année…

A bientôt pour de nouvelles aventures radiophoniques!

La Nied, moulinLa NIED à Bouzonville (57)

POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE 2016

 Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 73 (74)  à 78 (79) et improvisation au hautbois.

Des extraits de  l’oeuvre pour orgue de Dom Paul BENOIT (1893-1979) par les organistes Carlo HOMMEL (1953-2006) et Gérard CLOSE (1953-).

Décor 01

POUR LE MOIS D’OCTOBRE 2016

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 79 (80)  à 86 (87) et improvisation au hautbois.

Des oeuvres pour piano de Félix MENDELSSOHN (1809-1847) et de Franz LISZT (1811-1886), Ainsi que les Lettres 38 et 39 d’Elisabeth de la Trinité qu’elle écrivit au chanoine ANGLES en décembre 1900.

L’orgue Joseph GEANT (1867) de Marange-Zondrange (57).

Décor 01

POUR LE MOIS DE NOVEMBRE 2016

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 87 (88)  à 93 (94) et improvisation au hautbois.

L’intégralité de la Messe en si mineur de Jean-Sébastien BACH (1685-1750).

2 orgues placés sous le patronage de saint Nicolas, patron de la Lorraine.

Décor 01

POUR LE MOIS DE DECEMBRE 2016

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 94 (95)  à 101 (102) et improvisations au hautbois.

La spiritualité du temps de l’avent et de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie avec sainte Elisabeth de la Trinité et des Nocturnes de Frédéric CHOPIN (1810-1849).

« Une ballade sur la Nied » pour découvrir l’orgue DALSTEIN-HAERPFER (1905) de BIONVILLE-SUR-NIED, et l’orgue DALSTEIN-HAERPFER (1876) de CONDE-NORTHEN.

Décor 01

POUR LE MOIS DE JANVIER 2017

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 102 (103)  à 106 (107) et improvisations au hautbois.

Les voeux perpétuels et la prise de voile de sainte Elisabeth de la Trinité avec des Oeuvres pour piano de Robert SCHUMANN (1810-1856).

3 Fantaisies  pour orgue. Oeuvres de John BULL  (1562-1628) à l’orgue du Triforium Jehan de TREVES (1537)- Marc GARNIER (1981) de la Cathédrale de Metz.


Décor 01

POUR LE MOIS DE FEVRIER 2017

 Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 107 (108)  à 113 (114) et improvisations au hautbois.

Un va et vient entre des oeuvres vocales et des oeuvres pour orgue de Louis-James-Alfred LEFEBURE-WELY (1817-1869) composées pendant la Monarchie de Juillet.

dans le cadre d’une « Ballade sur la Nied« , l’orgue HAERPFER-ERMANN (1981) de BOULAY-MOSELLE.

Décor 01

POUR LE MOIS DE MARS 2017

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 114 (115)  à 121 (122) et improvisations au hautbois.

Un va et vient entre des Cantates et des oeuvres pour orgue de Nicolaus BRUHNS (1665-1697).

« Le Mystère pascal« , sous forme de poème symphonique avec des oeuvres pour orgue de Marcel DUPRE (1886-1971)  à l’orgue Frédéric HAERPFER (1930) de Freyming-Merlebach.

Décor 01

POUR LE MOIS D’AVRIL 2017

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 122 (123)  à 130 (131) et improvisations au hautbois.

Un va et vient entre des Oeuvres pour piano de Félix MENDELSSOHN (1809-1847) ou de Claude DEBUSSY (1862-1918), et des écrits spirituels d’Elisabeth de la TRINITE.

« Le Mystère pascal, 2ème partie« , sous forme de poème symphonique avec des oeuvres pour orgue de Marcel DUPRE (1886-1971)  à l’orgue Frédéric HAERPFER (1930) de Freyming-Merlebach.

Décor 01

POUR LE MOIS DE MAI 2017

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 131 (132) à 136 (137) et improvisations au hautbois.

Des extraits du répertoire musical de la cathédrale de DIJON en l’honneur de  Saint Bénigne. Oeuvres de Joseph SAMSON (1888-1957) et des compositeurs liturgiques de sa génération: Paul BERTHIER (1884-1953), Albert ALAIN (1880-1971).


L’orgue KERN (2008)
de BAYON (54) avec des oeuvres du chanoine Pierre CAMONIN (1903-2003) par Dominique BREDA.

Décor 01

POUR LE MOIS DE JUIN 2017

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 137 (138) à 144 (145) et improvisations au hautbois.

Un va et vient entre des Oeuvres pour piano de Claude DEBUSSY (1862-1918) et de Charles TOURNEMIRE (1870-1939) avec des écrits spirituels d’Elisabeth de la TRINITE (1880-1906) évoquant le mystère de la Trinité et la « Louange de gloire« .


L’orgue KERN (2008)
de BAYON (54) avec des oeuvres du chanoine Pierre CAMONIN (1903-2003) par Dominique BREDA.

Décor 02ET PUIS POUR LA « DERNIERE SEANCE »… Le 01er septembre 2017…

Un va et vient entre lecture/psalmodie des psaumes 145 (146) à 150 et improvisations au hautbois.

Pas de Commentaires à “Saison 2016-2017, ou le récit des pèlerins du son (06)”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Olivemusic |
Francky Dakota |
Marysiagondek |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Harmoniehasnon
| Credit
| Michael Parnell's Website